L’attentat de la nature !

Au même titre que les attentats djihadistes perpétrés sur le sol national, et notamment celui de Nice, l’ouragan Irma a suscité polémiques et fausses informations, alors que la sagesse imposait tempérance, lucidité et unité avant tout jugement hâtif.

C’est pourtant bien le contraire que mère nature nous a offert au travers des prises de position de quelques responsables politiques soucieux certainement « du bon fonctionnement des institutions » dénonçant, entre autres, le manque d’anticipation coupable du gouvernement français face aux impondérables.

C’est aussi à cette occasion, sur la foi de rumeurs, relayées principalement par les réseaux sociaux qui ont abondamment répandu de fausses informations ou exagérations, que des prises de paroles péremptoires ont crucifié, sur l’hôtel de l’impéritie, l’Etat français et ses dirigeants.

Ces rumeurs ont notamment et opportunément mis en perspective les administrations néerlandaise et française au détriment de cette dernière, les deux se partageant l’île Saint Martin.

Une fois le calme revenu, fruit de ces rumeurs, nous apprenons que la préfète déléguée de St-Barthélémy et St-Martin ne s’est pas enfuie avant le passage de l’ouragan mais qu’elle était bien présente avant, pendant et après le passage d’Irma.

Si pillage il y a eu sur la partie française de ces collectivités d’outre-mer, les mêmes exactions ont été constatées côté néerlandais, contrairement à ce que la rumeur laissait entendre, avançant une sécurité des biens et des personnes bien supérieure. C’est bien connu, l’herbe est toujours plus verte chez le voisin !

Enfin, les conditions d’anticipation ont été appréciées en fonction du trajet aléatoire de l’ouragan et de la préservation des moyens de secours stockés sur la Guadeloupe plutôt que sur les lieux mêmes du passage de l’ouragan, au risque de voir ceux-ci détruits avant d’avoir été utilisés.

On ne pourra donc jamais empêcher quiconque profiter du malheur du monde et s’arranger ainsi avec la vérité sur le dos de victimes devenues bien involontairement un enjeu très éloigné de leur détresse factuelle.

Heureusement, d’autres âmes, moins regardantes sur les détails, ont préférées, toutes affaires cessantes et sans se poser de questions, passer à l’action par un don ou un rôle bienveillant et répondre à l’urgence plutôt que de rechercher un responsable surtout quand celui-ci est principalement la nature elle-même.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :