Un milieu extrême

Un an après les révélations du Canard enchaîné sur François Fillon, deux documentaires reviennent en ce début d’année 2018 sur cet épisode hors du commun qui a durablement éclairé les français sur les pratiques de la faune politique française, l’un sur BFMTV, l’autre sur France 5. Les nombreux témoignages confirment, s’il en était besoin, le milieu impitoyable que suscitent le désir de pouvoir et la méthode pour y parvenir.

On parle du milieu de la politique, encore faut-il s’entendre sur la notion de milieu, le milieu évoqué dans le cas l’espèce, a une connotation mafieuse, ni plus ni moins !

Quand le sulfureux avocat Robert Bourgi se vante d’avoir « niqué » François Fillon avec l’affaire des costumes, pour lui avoir, d’après lui, manqué de respect ainsi qu’à son ami Nicolas Sarkozy, le vocabulaire utilisé et les pratiques ne souffrent aucun doute sur les mœurs en usage dans ce milieu où la soif de pouvoir et l’argent cohabitent dangereusement.

Comment des personnages d’état, peuvent-ils côtoyer un individu tel que Bourgi, qui au demeurant, est bien loin d’honorer la profession d’avocat ?

A moins que le dicton suivant prenne tout son sens : « qui se ressemble s’assemble »

Alors oui, on ne peut oublier toutes les affaires de financement de campagnes présidentielles, de rétrocommissions, d’emplois fictifs, qui ont bien souvent émaillé l’histoire des partis de gouvernement et dont leur pathétique situation actuelle les amènent aujourd’hui à n’exister que sur leurs propres cendres !

Dans le document de BFMTV, François Beyrou résume assez bien la situation au sujet des LR : « dans cette famille politique on ne s’aime plus ! » Il semble que le phénomène ne soit pas nouveau et qu’il n’est pas prêt d’être éradiqué !

Bruno Dive de Sud-Ouest, dans son éditorial du lundi 29 janvier 2018, ne dit pas autrement en évoquant le conseil national LR du dernier week-end, et parle « d’ancien monde », comme les sifflets qui ont accueilli Valérie Pécresse, rappelant au passage un usage devenu coutumier.

Emmanuel Macron peut effectivement dormir sur ses deux oreilles, le temps n’est pas venu où le danger viendrait d’une opposition subitement devenue intelligente et en charge du bien commun.

L’heure est toujours aux ambitions et intérêts personnels et le français ordinaire, potentiellement électeur occasionnel, continue toujours à être aussi mal considéré, à moins, qu’enfin, instruit de tous ces fâcheux épisodes, il gagne en lucidité et montre désormais de quel bois il compte se chauffer, car, après tout, c’est lui qui tiens le manche !

 

Crédit photo : Marguerite Rami

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :