Pour le meilleur de l’homme

« Le XXIe siècle sera mystique ou ne sera pas ». Cette citation attribuée à André Malraux par André Frossard, pour l’avoir lui-même entendue de la bouche de l’ancien ministre du général de Gaulle, est depuis, sujette à caution sur l’exactitude de la phrase prononcée.

A-t-il dit : « Le XXIe siècle sera religieux ou ne sera pas » ? Ou bien : « le XXIe siècle sera spirituel ou ne sera pas » ? Les trois versions s’affrontent régulièrement pour qui veulent en faire usage, cependant, de nos jours, la prophétie se profile peu à peu.

Alors qu’Emmanuel Macron rend visite au Pape François pour être fait chanoine honoraire de Saint-Jean de Latran, le président de l’une des républiques la plus laïque du monde, donne un signal religieux supplémentaire après s’être adressé aux évêques français au couvent des Bernardins il y a deux mois de cela.

Au grand dam des laïcards, cette visite est une entorse à l’orthodoxie qu’ils revendiquent, laquelle s’apparente elle-même au plus ardent dogme religieux, accusé d’intégrisme, au même titre qu’une religion ou une secte. Ces jours-ci, Emmanuel Macron défit la séparation de l’Eglise et de l’Etat et cautionne par ce déplacement romain, les racines chrétiennes de la France.

Pendant que le pays s’inquiète du communautarisme rampant, du prosélytisme islamiste, alors que justement les racines chrétiennes de la vieille France s’émoussent au fil des temps modernes, voilà que le fait chrétien reprend « du poil de la bête » et compte faire barrage au danger intégriste porteur de violence, de terreur et d’obscurantisme.

Si les religieux catholiques présents et passés sont loin d’être exempts de tout reproche, l’agnostique voit dans ces derniers une volonté relativement moderne d’aborder le monde d’aujourd’hui. Au-delà de la foi, la charité chrétienne n’est pas un vain mot, la tolérance et l’amour de son prochain non plus et ce triptyque véhicule et répand des valeurs humanistes qui aident à mieux vivre à défaut de croire en un Dieu bien précis.

Qui peut mettre au défi l’humanité de ne croire en rien ? Croire, c’est être confiant en l’avenir, l’athée lui-même, quoi qu’il en dise, croit en ses certitudes !

Alors, que ce siècle semble rechercher la spiritualité face à l’impitoyable science, il  n’est pas mauvais en soi que l’avenir puisse aussi se construire sur une transcendance, pourvu qu’elle soit empreinte d’un profond humaniste et ainsi poursuivre l’avancée conquérante de l’humanité pour le meilleur de l’homme.

 

Crédit photo : Jeremy Allouche

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :