Politique sans frontières

Il n’est pas commun qu’un homme politique français de premier plan postule à la mairie d’une grande ville européenne d’un pays étranger à celui dont il fut Premier ministre.

Voici donc Manuel Valls, en don Quichotte des temps modernes, s’attaquer à la citadelle catalane.

Certains crient à la trahison, d’autres plus tolérants, s’inquiètent du risque pris, présageant dans cette surprenante initiative un échec politique se profiler. A bien y réfléchir, le plus aisé eut été d’attendre que le balancier du temps ramène les choses dans le bon ordre. Après tout, Manuel Valls n’a pas été un affreux chef de gouvernement, plutôt même audacieux et souvent courageux, bien que se trouvant sous la coupe d’un président de la République effacé et sans saveur. Quand bien même sa ligne n’a pas été toujours en accord avec sa famille politique, il n’en reste pas moins qu’il a assumé sa tâche et ses idées avec constance et détermination.

Avec Manuel Valls, nous assistons à une évolution de l’approche européenne, où les frontières tombent une à une. Après la circulation des personnes et des biens, c’est au tour des carrières politiques de s’émanciper dans un espace transeuropéen que n’auraient pas renié, Robert Schuman, Konrad Adenauer, Paul-Henri Spaak, entre autres.

A l’heure où certains membres européens ont des velléités séparatistes et de replis sur soi, arrive sans tambour ni trompette le contre-exemple du temps présent. Evidemment manuel Valls de par ses origines, n’arrive pas sans raison, c’est même un retour aux sources. Mais sauter comme cela d’un pays à l’autre, bien que les deux lui sont familiers, les électeurs Barcelonais risquent ne pas comprendre la démarche, pas plus s’agissant des Français pour lesquels, l’initiative serait entretenue comme une désertion en bonne et due forme. Si pour Manuel Valls la défaite est au coin du bois, il se peut que sa carrière politique s’arrête là. Sans nul doute, l’homme a suffisamment intégré le risque pour en faire aujourd’hui, malgré tout, une valeur européenne novatrice dont il serait le père et, bien que défait, ouvrirait une voie nouvelle dans la construction européenne, ce qui ne serait pas le moindre de ses mérites.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :