Le paradoxe du chaos

En ces temps de fièvre insurrectionnelle, l’épisode des « Gilets jaunes » aura eu pour vertu de montrer la vraie nature de quelques leaders de l’opposition par leurs indécents comportements à se servir d’une République en danger pour tenter d’atteindre leurs funestes projets.

Comme Marine le Pen, au cours d’un mémorable débat avait convaincu les français de son incroyable indigence intellectuelle, les Mélenchon, Dupont-Aignan, Wauquier, Ruffin, Marine le Pen encore et consorts, se sont admirablement ingéniés à démontrer par l’absurde l’incroyable opportunisme qui les habite en un temps où le sens de l’Etat devrait être au plus près de leurs préoccupations, faisant fi, dans une parenthèse exceptionnelle, de leurs ambitions politiques.

C’est donc tout le contraire auquel nous avons eu droit, n’hésitant pas à proférer jusqu’à des menaces de mort sur la personne du président de la République en déclarant : « Macron va finir comme Kennedy ». On croit rêver d’entendre de la part d’un élu de la République de tels propos quand le moment est à l’apaisement général pour cause de chaos annoncé.

Face à ce constat déplorable, il est temps que les Français renouvellent en profondeur la génération qui les représente afin que l’opposition soit digne d’être considérée comme une alternative sérieuse au pouvoir en place.

Pour l’instant, les candidats ne sont pas légion, et si certains demandent la démission d’Emmanuel Macron, se sont les mêmes qui s’interrogent avec lucidité sur cette conséquence : Qui, à la place ?

Au-delà de l’incertitude que traverse notre démocratie, qui n’est pas exempte de subir un coup de folie dévastateur, et aussi paradoxal que cela puisse paraître, Emmanuel Macron, une fois la fièvre enraillée, pourra dormir sur ses deux oreilles, ce n’est pas son opposition d’opérette qui va le menacer tant celle-ci est inexistante.

Pour l’heure et nonobstant le rééquilibrage des forces politiques, en ce samedi 8 décembre, jour qui fait peur à tout le monde : gilets jaunes, vous avez été entendus, votre mouvement contestataire a pris une dimension vertigineuse et incontrôlée, désormais, l’apaisement s’impose à tous et il est temps de vous distinguer des ennemis de la République en cessant votre action et ainsi, réduire le rôle des casseurs à de vulgaires contestataires professionnels dont votre mouvement n’était qu’un alibi à leur sauvage violence contre la République, contre la démocratie, contre la liberté, contre vous-mêmes !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :