La forme plus que le fond

Au cours de sa conférence de presse et en préambule, Emmanuel Macron a développé face à quelque 300 journalistes un ensemble de mesures et de visions pour le pays et pour la seconde partie de son quinquennat.

Ce dernier rappelant que nous sommes « les enfants des lumières » ou bien « l’homme doit être au cœur du projet national et européen » tout en décelant dans les revendications émises au cours du Grand Débat National, « les angles morts de la société » dont notamment, les difficultés des familles monoparentales, du versement des pensions alimentaires ou les tourments des aidants familiaux.

Après les avoir délaissés au début de son mandat, Emmanuel Macron « croit aux élus » et plus particulièrement les maires dont il entend déléguer plus de responsabilités dans un acte de décentralisation où le financement accompagnera l’initiative.

Dans une réforme constitutionnelle, le président de la République souhaite aussi associer 150 citoyens tirés au sort, lesquels, dans le cadre d’un conseil de défense écologique, auront à prendre des mesures sur la transition écologique, validant en partie une volonté de démocratie directe exprimée par les gilets jaunes.

Pour répondre aux contraintes rurales notamment, un dispositif intitulé « France Services » couvrira le territoire de « maisons de services au public » situées chacune à moins de 30mn de n’importe quel lieu du pays afin de mieux connecter le citoyen aux services de l’Etat.

Bien d’autres sujets ont été évoqués, ISF, ENA, impôts, retraite et retraités, l’éducation, le travail et le mérite, l’apprentissage, le déplacement au travail, le climat : « projet national et européen ».

Un pan important et nouveau dans la communication présidentielle a été mis en exergue s’agissant de la laïcité et du communautarisme, en visant plus particulièrement et très clairement, l’Islam politique quand celui-ci est contraire aux lois de la République, souhaitant par ailleurs revisiter l’espace Schengen et ses frontières quand celles-ci ne sont pas fiables et enfin « rebâtir un patriotisme inclusif ».

Après une heure de présentation du projet présidentiel, la conférence de presse aurait dû prendre tout son sens avec les questions des journalistes d’où quelques phrases ressortirent : « l’épaisseur des vies », « rebâtir une culture de la responsabilité », « recul de la morale civique », « être profondément humain et à la hauteur de l’histoire » ou bien « au moment où l’on décide, on est seul ! »

Que dire des interventions d’Appoline de Malherbe et Laurence Ferrari avec leurs questions «très Gilets jaunes ». S’il fallait réduire ce moment présidentiel, j’ai retenu le tweet de Bruno Dive, éditorialiste au journal Sud-Ouest, lequel traduit assez fidèlement mon ressenti : «  ce n’est pas une table et une chaise qu’on aurait dû installer pour Emmanuel Macron mais un divan, tant la conférence de presse a tourné à la psychanalyse au lieu d’approfondir les sujets de fond »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :