L’Europe poursuit sa construction

Bien qu’issue d’un vieux monde, je crois bien que l’Union européenne n’a toujours pas atteint l’âge de raison et l’on voudrait qu’elle se comporte comme une adulte sûre d’elle-même et de sa toute jeune expérience. Elle poursuit seulement sa construction et beaucoup d’hésitations l’affectent. Ne lui reproche-t-on pas sa boulimie législative, sa naïveté économique, sa générosité, ses frontières incertaines, sa distance administrative, poncifs par ailleurs allègrement entretenus par ses contempteurs.

Pourtant, n’est-on pas plus fort à deux que seul ? L’union faisant la force, on ne peut contester combien cette posture se vérifie dans toutes les strates de la société quand bien même celle-ci serait le fruit d’une stratégie plus que d’un sentiment idéologique.

Alors, dans l’imparfaite Union européenne, je rêve que l’électeur européen dissocie sagement, ce qui relève de la politique intérieure de son pays, de l’intérêt que représente l’intrinsèque avenir de la cause européenne.

Si l’on veut continuer à construire, à améliorer, à consolider l’Europe pour qu’elle nous protège encore mieux, il faut faire preuve de patience, de pugnacité, de générosité, de  tolérance, tout comme nous accorderions crédit à son propre enfant qui, en pleine évolution, découvre de ses erreurs pour mieux se corriger.

Qui aurait dit que la Chine s’éveillerait de la sorte, que les Etats-Unis ne seraient plus l’allié protecteur, que la Russie jouerait insidieusement les trouble-fêtes dans un jeu de billard numérique mondialisé, que le Brexit existerait, qu’une vague migratoire s’immiscerait, qu’enfin l’Europe, berceau des lumières, serait fragilisée dans sa quête farouchement vertueuse ?

Face à une telle adversité, il est temps que l’Union européenne ne soit pas sans cesse remise en cause par des trublions politicards à l’idéologie douteuse, faisant d’elle un bouc émissaire providentiel alors qu’ils se grandiraient en l’aidant à poursuivre sa construction tout en apportant au moulin européen leur propre eau dans un esprit constructif.

Ne me faisant aucune illusion sur ces mêmes trublions quant à l’idée qu’ils se font de l’intérêt européen, j’ose espérer que dans un ultime sursaut de lucidité, l’électeur européen, hésitant face à l’urne, d’une part ne dévoie pas son vote pour d’autres raisons que l’Europe et que d’autre part, il opte pour des listes où la conviction européenne est avérée afin que ne siègent majoritairement au parlement européen, des députés constructeurs plus que démolisseurs pour ne point mettre «le loup dans la bergerie ».

Et puis, si nous devions évaluer grandeur nature le chemin parcouru par les membres de l’Union européenne depuis ses débuts, il suffit d’observer aujourd’hui les difficultés à voir se défaire les liens complexes et protecteurs qui rattachent le Royaume-Uni à l’Union européenne à seule fin de retrouver une liberté qui risque de s’avérer dans le temps bien mal acquise.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :