Dans les griffes du « tribunal »

Faut-il se réjouir de révélations produites par certains organes médiatiques quand on sait que ceux-ci sont assurés, par la nature de leurs révélations, de trouver un public « éduqué sur mesure » et d’en tirer ainsi les avantages économiques attendus bien plus que de défendre une apparente action morale et vertueuse ?

 Relevant de l’usage de l’argent public, l’affaire de Rugy mise en pâture d’une façon simpliste, suscite évidemment réprobation et révolte. Cependant, avant d’avoir analysé par une enquête approfondie le fond de l’affaire, l’accusé est condamné sans ménagement, la présomption n’étant pas un préalable.

Cette précipitation dans l’information sauvagement répandue, cette immédiateté savamment entretenue, l’accusation péremptoire dont elle fait l’objet ne prête pas au doute, l’accusé est coupable. La faute, a un héritage chargé d’exemples, où l’argent devenu public, oubliant le goût de l’effort dont il est issu, faisait l’objet d’un usage parfois fantaisiste. Le contribuable, pourvoyeur de ces deniers publics, entend que « son argent » soit désormais utilisé « en bon père de famille » et non dilapidé sans discernement.

 Même si nombre d’affaires de ce genre ont été jadis étouffées par des arguments bien souvent fallacieux, le citoyen d’aujourd’hui, plus attentif, devient totalement intolérant à l’idée qu’il se fait de l’usage de l’argent public, prenant en référence les pays scandinaves et leurs comportements vertueux et responsables.

 Mais la vindicte populaire ne saurait être vérité, il convient donc que l’on prenne le temps d’enquêter sereinement, d’écouter la défense, si tant est qu’elle ne soit pas manipulatrice, plutôt que de s’ériger en tribunal populaire tout en étant si loin des faits reprochés.

Il en est de même avec l’issue tragique de la vie de Vincent Lambert. Comment porter un jugement sérieux, quand cette affaire, indécemment mise sur la place publique, a véhiculé tant d’informations contradictoires, selon que celles-ci provenaient des parents, de l’épouse, ou du corps médical ? Nous ne serons jamais les parents de Vincent Lambert, l’épouse de Vincent Lambert, ou le corps médical, ni Vincent Lambert lui-même, pour dire ce qui était bien pour lui. Une seule certitude dans cette actualité, Vincent Lambert est mort, et peut-être depuis onze ans, a-t-il gagné le droit d’être en paix, bien que le doute subsistera toujours un peu.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :