L’illectronisme ou l’inhabileté numérique

Selon un rapport de l’ANLCI (agence nationale de lutte contre l’illettrisme) 7% de la population âgée de 18 à 65 ans ayant été scolarisée en France est en situation d’illettrisme soit 2.500 000 personnes en métropole.

L’illettrisme est l’état d’une personne qui a été instruite mais qui ne maîtrise pas ou plus la lecture, l’écriture et le calcul.

Il s’agit donc d’interpréter précisément ce qui est donné à lire. Le nom d’une rue pour se situer sur un plan, s’adresser au bon guichet, prendre la bonne voie à la gare SNCF, remplir correctement un document administratif, savoir communiquer son nom et adresse, prendre connaissance d’une information sur la voie publique, une somme de petits détails incontournables et qui s’imposent à notre quotidien tout au long de la vie.

Comme notre époque est de plus en plus communicante, l’écrit prend donc une place tyrannique dans la vie de l’illettré. Celui-ci, victime de ses limites, devra donc en de nombreuses circonstances faire usage de stratégie et d’improvisation pour cacher son handicap en  faisant illusion dans un monde qui sinon, risque de le cantonner dans un ghetto linguistique où la honte s’ajoutant à la discrimination fait de l’illettré une personne bannie.

Cette même société, toujours aussi gourmande à faire avancer l’homme, n’est jamais à court d’innovations et complexifie toujours plus le quotidien tout en voulant le simplifier. Voilà que la vague numérique, fruit d’une science boulimique, ajoute une nouvelle marche à l’échelle du malhabile. Ce raz-de-marée technologique impose un langage nouveau à saisir. Quand hier encore l’homme avait affaire exclusivement à l’homme avec un langage d’homme, c’est une nouvelle créature qui s’immisce sous la forme impersonnelle d’un écran, lequel devient l’indispensable outil pour appréhender le monde actuel. Gare au malhabile ou l’insoumis, il sera frappé d’illectronisme et écarté des canons de la modernité !

Même la très formaliste administration française s’adapte et ouvre ses guichets virtuels, lesquels deviennent peu à peu des passages obligés pour communiquer, se renseigner, payer en ligne, ou bien déclarer. En contrepartie, finis les déplacements, les files d’attente, les horaires encadrés : Désormais, le service reste ouvert 24heures sur 24 à notre porte.

Entre l’illectronisme et l’illettrisme, rien ne les distingue, tous deux exercent un pression sur l’individu et creuse la fracture avec le sachant, en s’ajoutant assurément et sans qu’ils se confondent.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :