La majorité présidentielle à la peine !

Tout est parti d’un vote à l’Assemblée nationale repoussant une proposition de loi du député centriste Guy Bricout, laquelle a pour ambition de faire passer le congé parental pour le décès d’un enfant mineur ou à charge, de cinq jours à douze jours. Par ce refus, la majorité présidentielle a réussi à faire l’unanimité contre elle pour son manque flagrant d’humanité à l’égard des parents concernés.

A l’évidence, une faute politique dont Emmanuel Macron se serait largement passée.  Une armée d’humanistes de circonstance s’est donc élevée comme un seul homme tant l’occasion était belle de ne point profiter de cette grossière erreur.

Evidemment, mais trop tard, la bévue va être promptement réparée par un nouveau vote dans les prochains jours et cette nouvelle disposition améliorera « un peu » l’incommensurable deuil des parents.

Mais, au-delà de la bienveillance générale manifestée, qui peut faire croire qu’un congé parental passant de cinq à douze jours va atténuer la douleur des parents ? Comment peut-on établir froidement un catalogue de la douleur parentale dont la graduation se mesurerait en nombre de jours ?

La perte d’un enfant c’est pour la vie !  Et la plus belle des lois ne saurait à aucun moment compenser le séisme affectif qui habite une mère, un père, ou toute une famille, en de telles circonstances !

Cette douleur sera subie selon la personnalité de chacun, tout comme elle sera appréhendée de mille manières. Pour certains, c’est la réclusion où la solitude est une pénitence, pour d’autres, à l’opposé, c’est une volonté de distraire sa pensée en sortant à tout prix du milieu intimiste rappelant trop l’être cher. L’activité professionnelle peut être cette « machine à occuper l’esprit », bien que demeurant néanmoins un simple palliatif. Les pistes existent, les stratégies nombreuses, mais la finalité ramènera toujours vers une insondable solitude individuelle comme l’être face à sa propre mort.

Si donc la majorité présidentielle s’est égarée dans un vote approximatif  où l’argument économique avancé ne pouvait être que blasphématoire, il convient de ne pas rajouter du malheur au malheur en profitant aux nombreux opportunistes qui, à l’ombre de plus sombres intérêts, s’octroieraient à bon compte une couche d’humanisme dont les destinataires de cette loi ne sauraient être les otages pas plus qu’ils ne sauraient être dupes.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :