La « vérité » des images

Samedi 8 février, devant le hall 3 de la gare Saint-Jean à Bordeaux, une vidéo prise sur les lieux par AB7 Media et titrée « interpellation violente de la BAC » montre des policiers extraire manu militari d’une file de voyageurs en attente, un homme tenant un bonnet vert à la main. Devant ces voyageurs médusés face à ce spectacle insolite, soudain et brutal, (l’homme fut mis à terre sans ménagement pour être ensuite menotté) les images ne pouvaient manquer de donner du grain à moudre à tous ceux qui s’insurgent contre les violences policières de ces derniers mois. C’est ainsi que le modéré et très médiatique Philosophe et Essayiste Raphaël Einthoven s’est fendu rapidement d’un tweet réprobateur devant cette violence qui semblait ne pas être appropriée à l’égard d’un homme d’allure inoffensive, au même titre que les femmes, les enfants et les autres hommes composant cette file d’attente.

Fallait-il que la détermination des policiers dans cette interpellation musclée effectuée devant des femmes, des enfants, des médias comme AB7 Media, soit à leurs yeux justifiée pour prendre de tels risques fatalement impopulaires en cette période où les forces de l’ordre ne sont pas en odeur de sainteté ?

A la suite de cet emballement médiatique, la police a donné des informations sur l’individu interpellé, lequel aurait été repéré au cours de l’après-midi lançant des projectiles en direction des forces de police et un hélicoptère survolant la manifestation l’aurait filmé en train de se munir d’objets sur un chantier voisin.

L’avocat de l’homme interpellé a précisé qu’après 30 heures de garde à vue, celui-ci avait été libéré sans qu’aucune charge ne soit retenue contre lui. Néanmoins, selon le procureur de la République, l’individu sera à nouveau convoqué et l’IGPN saisie d’une enquête afin  d’obtenir « des éléments propres à fonder sa décision future sur les suites à donner à cette affaire ».

Soit l’homme interpellé a fait l’objet d’une méprise en étant pris pour un dangereux manifestant possédant notamment lui aussi un bonnet vert ? Soit l’homme s’est lâchement dissimulé dans une file d’attente de voyageurs après avoir perpétré des violences sur des personnes dépositaires de l’autorité publique ?

Si l’avocat s’est félicité qu’aucune charge n’avait été relevée contre son client, innocentant d’après lui celui-ci de toute de violence à l’encontre de la police, c’est tout simplement, en l’état de l’enquête, qu’aucune preuve n’était formellement établie. Le procureur de la République a donc  voulu se donner du temps pour la recherche de la vérité et avoir une meilleure idée des faits qui se sont déroulés ce jour-là.

D’ailleurs, Raphaël Enthoven ne s’y est pas trompé et a rapidement rédigé un nouveau tweet qui rectifiait son accusation première, laquelle avait fait l’objet de sa part « d’un réflexe et non une réflexion et donc une erreur, c’est-à-dire une faute »

Nul doute que dans cette affaire, nous sommes tous comme à l’auberge espagnole, chacun apportant ce qu’il souhaite y trouver. C’est pourquoi, serait-elle une vidéo aux images probantes, celle-ci n’est qu’un épisode sorti d’un contexte plus large où l’avant est aussi important que le présent et n’est, somme toute, que le fruit d’une indécente précipitation nourrissant une évidence qui ne l’est pas obligatoirement.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :