Déconfinement : La liberté conditionnelle !

Condamnés depuis le 17 mars à rester chez nous (il y a pire), voilà que, si tout se passe bien d’ici-là, nous serons élargis au matin du 11 mai pour bonne conduite. Certes, tout ne sera pas encore parfait, limités à notre pré carré, c’est-à-dire à nos 100 Km à la ronde (une pensée pour les côtiers dont une grande partie de leur territoire est constitué de la mer et de ses poissons), ou bien de la crainte de la bête immonde Covid-19, laquelle sera toujours là, invisible, sournoise, contagieuse, nous obligeant à avancer masqués pour s’en protéger du mieux que nous pourrons.

C’est dire si la tâche qui se profile ne sera pas une sinécure, certes nous n’aurons plus d’attestation de déplacement dérogatoire à remplir (dans la limite de notre pré carré), nous pourrons vaquer comme au temps d’avant, revoir nos familles, nos amis autrement que par le truchement d’un écran ou d’un téléphone, retrouver enfin une vie sociale plus conforme à l’idée que nous nous faisons de notre existence.

Cependant, malgré la bienveillance qui nous oblige, nous nous préparons à une société de pestiférés où chacun doutera de l’état sanitaire de l’autre. De plus, le port du masque se chargera de nous maintenir dans un relatif anonymat au milieu d’une foule d’anonymes. Hier, on nous demandait de « rester chez nous » demain il s’agira d’une autre recommandation : « évitons-nous ». C’est donc un funeste horizon qui se dessine au-dessus de nos têtes, l’incertitude s’étant approprié notre avenir.

A la différence du prisonnier dans sa cellule qui compte les jours mais pour qui son salut est connu à l’avance, les confinés libérés que nous sommes, vont se voir bénéficier d’une liberté toute conditionnelle, où celle-ci sera plus une source de responsabilités aux conséquences variables selon que nous serons disciplinés ou inconséquents.

Un commentaire sur “Déconfinement : La liberté conditionnelle !

Ajouter un commentaire

  1. Du bien écrit. Il faudrait se rappeler ces périodes de guerres vécues par nos parents et grands-parents. Où la patience et le sens des responsabilités avaient un sens. A l’ère de l’impatience et de l’individualisme, il est encore une chance que des solidarités naissent. Nouvelles. Tout n’est pas perdu même si ce déconfinement n’est pas une sortie de prison mais une entrée dans une autre. A respecter.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :