Elections municipales et bac 2020: en toute humilité !

A l’instar du bac dont le millésime 2020 court le risque de « démonétisation » tant son taux de réussite particulièrement élevé suscite de nombreuses remarques sarcastiques sur la vraie valeur de ce sésame de fin d’études du 1er cycle, les élections municipales n’ont pas été épargnées par la Covid-19 avec son cortège de dérèglements en tous genres repoussant de leur devoir civique nombre d’électeurs.

Déjà le premier tour, placé deux jours avant le confinement, avait rendu ce rendez-vous parfaitement surréaliste tant la psychose de la contamination et du repli sur soi éloignaient les esprits des contingences démocratiques du moment.

IL advint ce que l’on sait aujourd’hui, à savoir une participation historiquement basse, laissant planer sur ce premier tour et les élus du jour, un doute légitimaire.

Le 28 juin, après beaucoup d’interrogations sur l’opportunité de son déroulement dans une période à peine déconfinée et de guerre lasse, le deuxième tour a clôturé enfin le processus avec un taux de participation de 41.6% quand il était de 62.1% en 2014.

Pire, à Bordeaux comme dans de nombreux centres urbains, ce taux est descendu à 38,33%, donnant néanmoins le droit à la liste « BORDEAUX RESPIRE » de Pierre Hurmic de diriger la ville pour les 6 prochaines années, avec seulement 17,51% des suffrages sur un total de 151 324 inscrits. Evidemment, la liste de Nicolas Florian placée en seconde position, fait encore moins bien avec 16.62% des inscrits.

On peut donc se poser la question sur la véritable valeur de ce suffrage local tant il est difficile de se prévaloir d’une adhésion de la population, sauf à convenir que la règle démocratique a été respectée, reportant la responsabilité de ce fâcheux constat sur les abstentionnistes, eux-mêmes se retranchant sur des exigences sanitaires.

De surcroît, avec une participation toujours aussi faible, la liste « Naturellement Pessac », a été élue avec seulement un écart de 174 voix sur la liste de Sébastien Saint-Pasteur, au point de voir son leader Franck Raynal confesser sans que cela ne l’y oblige, vouloir tendre la main à l’opposition dans la conduite de la commune pour la mandature à venir, considérant en toute humilité la relativité de sa victoire.

Il convient donc pour de nombreux élus de tempérer leur succès eu égard au taux de participation, contraignant ceux-ci à beaucoup d’humilité face à leur faible représentativité.

Certains de ces élus, dans l’intimité de leur conscience, pourront toujours se dire, au même titre que les bacheliers 2020, qu’ils ont bénéficié d’un très heureux « alignement des planètes » généreusement provoqué par l’opportune Covid-19.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :