Quand les démocraties se délitent

Faut-il le rappeler, la démocratie est un système politique, une forme de gouvernement dans lequel la souveraineté émane du peuple. Le respect des libertés publiques est au cœur même du fonctionnement de la démocratie dite « libérale ». Quand les fondements de la démocratie sont ainsi rappelés, reste à voir ce qu’en font les hommes.

La démocratie représentative est la plus répandue, elle s’exerce par une délégation de pouvoir remise à un représentant élu du peuple. Depuis quelques années, cette représentativité est de plus en plus remise en cause par une partie de celui-ci.

Plus que jamais, la perte de crédibilité, quand ce n’est pas de légitimité des élus, se fait jour tout en alimentant les réseaux sociaux érigés en tribunaux populaires, et les  chaînes d’info en continu avides de d’excès et d’outrances, alors que le citoyen attend des représentants du peuple compétence et vertu. Sans faire bien sûr une généralité, quelques brebis galeuses, le pouvoir aidant, sombrent parfois tragiquement dans les turpitudes de l’âme humaine et dévoient l’intérêt général au bénéfice de l’intérêt particulier.

C’est ainsi que la démagogie, la vanité, l’orgueil, la corruption, le népotisme, le sentiment d’impunité, le mensonge, l’avarice, s’installent dans l’ombre du pouvoir, quand celui-ci est placé entre de mauvaises mains.

De nos jours, de part le monde, on observe de plus en plus des dirigeants de pays, élus démocratiquement, glisser vers un autoritarisme proche de la dictature, ’accrochant au pouvoir ils modifiant à leur avantage la constitution de leur pays pour durer plus longtemps.

Le délitement généralisé, l’exemple est donné par l’une des plus grandes démocraties planétaires. Après avoir subie tout récemment des émeutes urbaines suite à la mort de George Floyd dans des circonstances contestables, le débat offert au monde entier cette semaine des deux candidats à l’élection présidentielle américaine est inquiétant pour la démocratie américaine. Au cours de cet affrontement, Donald Trump et Joe Biden se sont écharpés dans un pugilat verbal d’une insigne bassesse, démontrant s’il en était besoin la déliquescence de certains hommes de pouvoir, surtout quand Donald Trump, Président en exercice, envisage de refuser le résultat du scrutin s’il lui était défavorable, contestant par avance la validité des votes par correspondance. A la fin du débat, le Président a même lancé un avertissement : « Cela ne va pas bien se terminer » tout en demandant à un groupe d’extrême droite, les Proud Boys, de se « tenir en retrait » mais en rajoutant aussi de se « tenir prêts ». Ce qui n’est guère rassurant pour la suite !

Le propre d’une démocratie, ce sont ses libertés publiques, sont humanisme, mais c’est aussi son talon d’Achille et à vouloir laisser les hommes en faire à leur guise, ils peuvent être capables du pire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :