La modération, une vertu délaissée !

Une certitude, de toutes les époques notre période contemporaine est la première à connaître une telle cacophonie de la parole. Profitant de la densité exponentielle des moyens médiatiques disponibles, tout le monde a quelque chose à dire et le plus souvent dans l’urgence de peur de passer inaperçu. Dans cette frénésie, la transgression et la fausse nouvelle, sont des caractéristiques érigées en vertus médiatiques. Plus la parole est véhémente, excessive, martelée jusqu’à l’extrême, plus la fabulation se transforme en vérité acceptable.

Depuis bientôt un an, avec l’épidémie, l’imposture s’en donne à cœur joie et rôde comme un oiseau de mauvais augure sur nos jours meurtris. Scientifiques, politiques, vedettes médiatiques du sport, de la culture, mais aussi simples citoyens, sermonnent à tout va, sur les masques, le confinement, le déconfinement, le reconfinement, les tests, hier, aujourd’hui les vaccins, c’est le grand « yakafocon » qui pose sa patte pétrie de certitudes sur une période totalement inédite où seule la modestie en de telles circonstances devrait régner chez chacun d’entre nous.

Evidemment la France n’a pas « 66 millions de procureurs » pas plus que « les Français sont tous des veaux », mais en ces moments si difficiles, où le moral de chacun des Français flanche après ces derniers mois vécus totalement extravagants, il serait opportun que les personnalités du monde de la politique, de l’économie, de la santé, de la culture, du sport, riches justement de leur notoriété, utilisent leur influence pour rassembler, unir, en faisant acte de modération et de tempérance dans leurs propos tout en portant une parole dénuée d’intérêt partisan sinon celui de leur pays. Qu’une trêve s’instaure tacitement avec le pouvoir en place pour relever un défi qui nous dépasse tous, sachant que notre seul adversaire du moment est le virus et seulement le virus.

Pour autant, je ne rêve pas, je sais que trop d’intérêts multiples et variés façonnent les hommes depuis la nuit des temps et demander de mettre en sourdine des ambitions parfois difficilement et longuement élaborées relève d’une douce utopie de ma part. Comme je sais aussi que la modération est bien souvent considérée comme un gros mot dans notre société de « comptables ». Ces quelques lignes n’ont que pour seule ambition de rappeler que l’intérêt général doit prévaloir sur l’intérêt particulier mais qu’en retour, dans une démocratie, c’est toujours au bénéfice de l’individu que revient l’effort commun.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :